Cartier Philanthropy - Soigner les femmes souffrant de dépression

Soigner les femmes souffrant de dépression

Nouveau

La santé mentale est le problème de santé le plus négligé dans les pays en développement, la dépression, elle, est la maladie mentale la plus courante. En Afrique, elle touche 1 femme sur 23. Or, la plupart d’entre elles n’ont pas accès aux soins. StrongMinds tente de remédier à cette situation à l’aide d’un modèle simple, éprouvé et peu coûteux de thérapie collective proposé aux femmes souffrant de dépression dans les communautés les plus pauvres. Déjà active en Ouganda, StrongMinds a entamé avec succès la réplication de son modèle en Zambie en 2019 et s’est fixé pour objectif de traiter plus de 8  000 femmes dans le pays au cours des trois prochaines années.

Durée
2020-2022
priorité
Développement social et économique des femmes Accès aux services de base
pays
Zambie
partenaire
StrongMinds

Contexte

La dépression est probablement la question de santé publique la moins considérée par l’ensemble des pays en voie de développement. En raison du manque d’attention prêtée aux maladies mentales et des préjugés tenaces qui y sont attachés, rares sont celles et ceux qui peuvent reconnaître leurs symptômes et bénéficier d’une prise en charge.

En outre, les services de santé mentale font cruellement défaut dans ces régions. En Zambie, on ne compte qu’un hôpital psychiatrique et sept psychiatres en activité pour 17 millions d’habitants.

Action

StrongMinds forme des animateurs en santé mentale chargés d’encadrer des groupes de parole pour les femmes souffrant de dépression au sein des communautés défavorisées, où la prévalence de la dépression peut atteindre 30 %.

Le modèle unique, simple, éprouvé et peu coûteux de thérapie collective développé par StrongMinds est axé sur les femmes et intègre :

  • le recrutement, la formation, le suivi et la mobilisation d’animateurs en santé mentale ;
  • l’identification et l’intégration dans le programme de 10 à 15 femmes qui prendront part à des sessions de thérapie de groupe hebdomadaires de 90 minutes pendant 12 semaines ;
  • l’encadrement des participantes visant à établir une relation de confiance, à identifier les déclencheurs de dépression, à partager des stratégies permettant de combattre les symptômes de la dépression et, à plus long terme, à construire une capacité de résilience.

Entre 2018 et 2019, en Zambie, StrongMinds a répliqué le modèle précédemment développé en Ouganda. L’organisation y a rencontré un succès tel qu’elle est désormais en passe de devenir conseillère technique en santé mentale auprès du ministère zambien de la Santé.

Résultats attendus

Au cours des trois prochaines années, StrongMinds compte développer son modèle à travers des partenariats et une intégration progressive au système national de santé zambien. Elle se donne pour objectif de soigner 8  000 femmes.

Stratégie à long-terme

StrongMinds adapte graduellement son modèle en collaborant avec des ONG internationales d’envergure moyenne à importante ainsi qu’avec le système de santé national. Grâce à l’appui de ses partenaires, StrongMinds peut atteindre plus de femmes souffrant de dépression tout en répliquant son modèle dans de nouveaux contextes.
De plus, son programme permet aux femmes parvenues au terme de leurs sessions de thérapie collective de se former pour encadrer leurs propres groupes de thérapie entre pairs, ce qui amplifie l’impact du modèle.

StrongMinds compte traiter et améliorer la vie de 2 millions de femmes souffrant de dépression d’ici 2025.