Cartier Philanthropy - Place aux femmes dans le secteur de la construction

Place aux femmes dans le secteur de la construction

Finalisé

Au Kenya, si le secteur de la construction connaît une rapide croissance, il déplore un manque de main-d’œuvre qualifiée et une très forte mise à l’écart des femmes. Nous avons soutenu le programme pilote de Buildher qui forme de jeunes femmes défavorisées vivant à Nairobi en les aidant à acquérir des compétences dans le secteur de la construction ainsi que des aptitudes de vie qui leur donneront les meilleures chances d’être économiquement indépendantes. Malgré les confinements imposés par la pandémie de coronavirus en 2020, 162 jeunes femmes défavorisées ont intégré le programme. Parmi elles, 111 ont validé la première partie de la formation, 74 ont accédé aux modules finaux qui leur permettront de se présenter à l’examen officiel et 69 ont obtenu un emploi en tant qu’ouvrières qualifiées du bâtiment.

Durée
2019-2020
priorité
Développement social et économique des femmes Modes de subsistance et écosystèmes durables
pays
Kenya
partenaire
Buildher

Au Kenya, le secteur de la construction souffre cruellement d’un manque de personnel qualifié. En outre, le domaine compte moins de 3 % de femmes, et aucune n’occupe un poste qualifié ou de direction.

Buildher forme de jeunes femmes défavorisées issues de milieux précaires afin qu’elles deviennent des professionnelles qualifiées du secteur de la construction, les aidant ainsi à atteindre l’indépendance économique. Dans une approche holistique, la formation couvre des savoir-faire techniques et des aptitudes de vie essentielles tout en mettant l’accent sur le développement de la confiance en soi et des capacités de leadership. Les participantes développent aussi des connaissances dans les domaines de la santé et du bien-être tels que la santé sexuelle, la psychologie, la nutrition et la condition physique.

Entre 2019 et 2020, et malgré les retards provoqués par les confinements, Buildher a pu intégrer dans son programme 162 jeunes femmes issues de Mathare, Korogocho et Huruma, des bidonvilles de Nairobi. Parmi ces femmes, 111 ont validé la première partie de la formation par un certificat, 74 ont accédé aux modules finaux qui leur permettront de se présenter à l’examen officiel et 69 ont obtenu un emploi en tant qu’ouvrières qualifiées du bâtiment.

Buildher fait tomber les solides barrières sociales et culturelles auxquelles les femmes sont confrontées quand elles entrent dans des secteurs traditionnellement dominés par les hommes. L’organisation soutient activement les diplômées grâce à son réseau d’employeurs partenaires. Elle les aide ainsi à décrocher un emploi correctement payé, surtout dans les branches de la charpenterie et de la menuiserie, ce qui leur permettra d’améliorer considérablement leurs revenus (passant d’environ 3 $ par jour à 8 $, voire 12 $ après l’obtention du certificat).

L’arrivée du personnel qualifié féminin dans le secteur de la construction contribue à transformer les attitudes culturelles autour du caractère « genré » de certains secteurs d’emplois au Kenya. 

Au vu de ces résultats, nous avons renouvelé notre soutien pour les deux prochaines années.