Cartier Philanthropy - Quand des mères s’entraident pour protéger leurs enfants du VIH/sida

Quand des mères s’entraident pour protéger leurs enfants du VIH/sida

Finalisé

m2m forme et emploie des mères séropositives pour qu’elles interviennent en tant que « mères mentors », en travaillant comme agents de santé de première ligne dans des centres de santé et au sein de communautés. Ces mères mentors aident d’autres femmes infectées par le virus et leurs familles à accéder à des soins de santé, à entamer le traitement nécessaire et à le poursuivre. Elles concentrent leurs efforts sur la réduction des infections aux VIH et aux maladies associées. Entre 2017 et 2019, nous avons soutenu m2m pour développer son modèle de mères mentors dans sept centres de santé et dans les communautés environnantes du centre-est de l’Ouganda. 82 femmes ont été formées et ont développé les compétences nécessaires pour devenir mères mentors. 36 jeunes femmes sont devenues éducatrices auprès des jeunes de leur âge. Ensemble, elles sont intervenues auprès de près de 77 000 femmes et adolescentes.

Durée
2017-2019
priorité
Développement social et économique des femmes Accès aux services de base
pays
Ouganda
partenaire
mothers2mothers

Résultats obtenus

En Ouganda, 1,4 million de personnes vivent avec le VIH (2018). Les femmes et les adolescentes sont particulièrement touchées. Chez les jeunes de 15 à 24 ans, les femmes sont près de quatre fois plus atteintes que les hommes.

Les services de santé reproductive limités, le manque de connaissances au sujet du VIH, le personnel médical en sous-effectif et la stigmatisation empêchent les femmes et les filles d’avoir accès aux antirétroviraux qui leur sauveraient la vie. Faute de suivi médical, jusqu’à 40 % des enfants de mères séropositives risquent de contracter le virus.

mothers2mothers (m2m) forme et emploie des mères séropositives qui travaillent comme agents de santé de première ligne. Ces mères mentors aident d’autres femmes infectées par le virus et leurs familles à rester en bonne santé. Elles les encouragent à passer un test sérologique afin de connaître leur statut et d’entamer le traitement nécessaire le cas échéant. Elles leur offrent des informations fondamentales et elles aident les femmes séropositives à accepter le diagnostic et à accéder aux soins médicaux essentiels en concentrant leurs efforts sur la réduction des infections au VIH et aux maladies associées ainsi que sur la lutte contre la stigmatisation.

Grâce à leur compréhension aiguë des défis sociaux et culturels liés au VIH ainsi que des conditions de vie de leurs communautés, les mères mentors peuvent nouer des relations de confiance particulières avec ces femmes. Ces relations sont cruciales pour les aider à surmonter leurs craintes et à prendre des décisions pouvant leur sauver la vie.

Afin d’atteindre plus d’adolescentes, m2m teste en parallèle un nouveau modèle de soutien par les pairs en formant et en employant des éducatrices adolescentes chargées de sensibiliser les adolescentes et les jeunes femmes à la santé sexuelle et reproductive. Elles encadrent également des adolescentes et des jeunes femmes porteuses du VIH pendant et après la grossesse afin que leur grossesse se déroule au mieux et qu’elles ne transmettent pas le virus à leurs enfants.

Entre 2017 et 2019, nous avons soutenu m2m pour développer son modèle de mères mentors dans sept centres de santé et dans les communautés environnantes du centre-est de l’Ouganda.

  • 82 femmes ont été formées et ont développé les compétences nécessaires pour devenir mères mentors. 36 jeunes femmes sont devenues éducatrices pour les jeunes de leur âge. Ensemble, elles sont intervenues auprès de 77 000 femmes et adolescentes, principalement des mères enceintes ou allaitantes, en les sensibilisant à l’importance d’un suivi médical, à entamer le traitement nécessaire et à le poursuivre. Elles ont concentré leurs efforts sur la réduction des infections au VIH et aux maladies associées. Parmi ces femmes, 42 850 avaient été récemment reconnues comme particulièrement vulnérables.
  • Pour de nombreuses femmes qui cherchent à s’assurer des revenus afin de subvenir aux besoins de leur famille, devenir mère mentor représente une étape importante. C’est pourquoi les mères mentors sont encouragées à mettre sur pied des associations villageoises d’épargne et de prêt dont les membres mettent leurs économies en commun et peuvent bénéficier de petits emprunts grâce aux sommes rassemblées. Au cours des trois années du programme, 46 groupes ont été constitués avec un total de 843 membres actifs, dont 78 mères mentors. Ensemble, ils ont économisé plus de 108,2 millions de shillings ougandais (près de 30 000 dollars).
  • Les mères mentors ont saisi toutes les occasions qui se présentaient (événements sociaux, rassemblements religieux et réunions communautaires) pour sensibiliser les membres de leurs communautés, les informer et référer des patientes à des établissements de santé. Grâce à leur implication, 2 771 sessions de formation communautaire ont été organisées. Elles ont touché 100 267 femmes enceintes, femmes allaitantes, adolescents et hommes de tout âge.

L’évaluation nationale menée en 2018 par m2m indique que :

  • 99 % des femmes séropositives bénéficiant du programme de m2m ont entamé le traitement nécessaire.
  • 90 % des enfants de personnes séropositives ont reçu une thérapie antirétrovirale qui les a protégés contre le VIH malgré leur exposition au virus.
  • 97 % d’entre eux ont été testés alors qu’ils avaient 6 à 8 semaines. 2,6 % ont été testés positifs, contre une moyenne nationale de 7,4 %.

Ces progrès  nous ont amenés à renouveler notre collaboration avec m2m pour une durée supplémentaire de trois ans.