Cartier Philanthropy - Lutter contre la faim chez les écoliers

Lutter contre la faim chez les écoliers

Finalisé

Les repas scolaires, en améliorant la scolarisation et l’apprentissage, constituent une puissante incitation pour envoyer les enfants (et surtout les filles) à l’école et veiller à ce qu’ils y restent, en leur garantissant l’apport nutritionnel dont ils ont besoin pour mieux se concentrer et apprendre. L’achat des produits utilisés pour les repas auprès de petits agriculteurs locaux stimule l’agriculture locale et transforme l’aide alimentaire en un investissement durable pour l’ensemble de la communauté. Le programme de repas scolaires mené par le Programme alimentaire mondial au Mozambique a permis entre 2014 et 2017 à plus de 85 000 élèves de 189 écoles des provinces du pays les plus exposées à l’insécurité alimentaire, de recevoir un repas chaud quotidien, augmentant le taux de scolarisation de 4,6 % (5 % pour les filles).

Durée
2014-2017
priorité
Accès aux services de base
pays
Mozambique
partenaire
PAM

Résultats obtenus

Le programme de repas scolaires mené par le Programme alimentaire mondial (PAM) au Mozambique a permis entre 2014 et 2017 à plus de 85 400 élèves de 189 écoles primaires des provinces de Tete, Gaza, Manica et Nampula de recevoir un repas chaud quotidien, soit 15 % de mieux que les résultats attendus. Le repas chaud se composait d’un bol de farine de maïs enrichie, de haricots, d’huile végétale enrichie et de sel iodé.

Pendant la durée du programme, le taux de scolarisation dans ces établissements a augmenté de 4,6 % de manière générale et de 5 % pour les filles.

Outre les repas chauds, le PAM a offert un soutien aux écoles, àux autorités locales ainsi qu’aux communautés au travers de plusieurs activités complémentaires, notamment :

  • la planification et le suivi du programme au niveau de l’école et du district ;
  • la gestion des cantines par des conseils scolaires (y compris manutention, entreposage, stockage, préparation et distribution des repas, hygiène, etc.) ;
  • la construction et la maintenance de réserves et de cuisines ;
  • la formation des directeurs d’école et des enseignants à l’éducation nutritionnelle.

Tous les produits alimentaires utilisés pour les repas scolaires provenaient d’associations d’agriculteurs locales. Le PAM a appris à 20 d’entre elles à produire de la nourriture de meilleure qualité tout en les connectant au programme de repas scolaires. Ce faisant, il leur a assuré une source de demande fixe et permis de vendre leur production à un prix équitable, stimulant leurs revenus et améliorant leurs moyens de subsistance.

Au niveau institutionnel, le PAM a également offert au gouvernement un soutien technique et politique pour l’aider à concevoir et à mettre en œuvre un programme de repas scolaire faisant appel à la production locale dirigé, financé et géré par ce dernier pour toutes les écoles maternelles et primaires du pays.

« Le programme de repas scolaires est très important à mes yeux. Il contribue énormément à réduire le taux de décrochage scolaire dans l’enseignement primaire. Les efforts que nous avons déployés ont par ailleurs amélioré le taux de scolarisation, dans un pays qui compte près de sept millions d’enfants en âge d’aller à l’école, dont presque 550 000 orphelins. Avant le lancement du programme, les enfants décrochaient souvent pendant l’année parce qu’ils devaient aider leur famille dans les champs, en particulier en période de récolte, ou sur les marchés locaux quand ils avaient besoin de nourriture. Cela arrive de moins en moins souvent aujourd’hui. »

Neema Mkomawanthu, assistante pour les repas scolaires, sous-bureau de Tete

« J’ai observé une nette amélioration de l’attention et de la concentration des enfants pendant les cours. Une fois qu’ils ont mangé, ils ne ratent pas un mot de ce que je leur dis ! Avant le repas, ce sont comme des voitures sans carburant. Ils vous regardent mais sans vraiment entendre ce que vous êtes en train de dire. Sur le long terme, leurs résultats scolaires et d’apprentissage se sont améliorés. »

Dinho Fernando, enseignant en 5e et 7e année, école primaire complète de Nhacaamba, Marara, localité de Cachembe

À propos

  • Nourrir les esprits, changer les vies, 25 septembre 2014.
    Les deux écoles de Gelito et Cordalia sont parmi les 175 établissements scolaires du Mozambique qui, grâce au Programme Alimentaire Mondial (PAM), fournissent des repas à leurs élèves.