Cartier Philanthropy - Éradiquer la fistule à Madagascar

Éradiquer la fistule à Madagascar

Finalisé

En 2018, nous avons soutenu Operation Fistula dans le cadre d’un programme destiné à identifier et à traiter les femmes souffrant de fistule obstétricale dans la région de Sava, à Madagascar. Cette phase pilote a permis à 50 femmes de bénéficier d’un traitement contre cette condition aux conséquences lourdes, grâce à un modèle clinique de rémunération liée au rendement qui devrait être associé à un modèle de mobilisation communautaire.

Durée
2018
priorité
Développement social et économique des femmes Accès aux services de base
pays
Madagascar
partenaire
Operation Fistula

Résultats obtenus

La fistule obstétricale est une terrible complication que l’Institute for Health Metrics and Evaluation classe parmi les affections les plus lourdes et compare à une double amputation des jambes. Les femmes atteintes souffrent d’incontinence, de problèmes de santé et d’isolement social. Pourtant, une procédure chirurgicale efficace permet de traiter la fistule, et elle ne coûte que quelques centaines de dollars. Un million de femmes présentent une fistule obstétricale en Afrique et en Asie du Sud, mais 99 % d’entre elles n’ont pas accès au traitement.

En 2018, nous avons soutenu Operation Fistula à Madagascar, où on estime que 50 000 femmes souffrent de cette condition. La phase pilote du programme visait à identifier et traiter 120 cas dans la région de Sava.

Durant cette phase, plusieurs étapes se sont révélées essentielles :

  • identifier précisément quels obstacles empêchent les femmes d’accéder aux soins ;
  • mettre au point les protocoles de soins opératoires et postopératoires ;
  • établir un système de financement innovant payant directement les chirurgiens qui opèrent les patientes avec succès afin de les inciter à traiter davantage de femmes tout en évitant de gaspiller les ressources pour des dépenses inutiles ou des opérations mal réalisées.

À la fin de l’année, 49 femmes avaient été traitées, soit bien moins que l’objectif de départ. Plusieurs raisons expliquent ce résultat :

  • Les 49 opérations ont été assurées à l’hôpital régional de Sambava, où un modèle clinique est désormais bien en place. L’établissement accueille aujourd’hui une équipe de soin totalement opérationnelle.
  • Les opérations n’ont pas pu se dérouler comme prévu dans trois autres hôpitaux rattachés à différents districts faute de tables d’opération et de kits de réparation chirurgicale de la fistule.
  • Plusieurs freins et obstacles ont empêché l’identification et le traitement des patientes. Les élections présidentielles ou encore l’arrivée de la saison des pluies et de la récolte de la vanille, notamment, ont entraîné une détérioration significative de la sécurité dans la région et découragé les patientes de se déplacer

Globalement, la première année du programme a confirmé le succès du modèle clinique et a permis d’apprendre une leçon importante : la réussite du modèle communautaire - qui implique le déroulement de toutes les activités hors milieu hospitalier - dépend presque entièrement de la capacité à identifier des patientes et à les encourager à se faire diagnostiquer et soigner. En élargissant la portée communautaire de ses actions et en renforçant la présence de ses équipes sur le terrain - ce qui est prévu pour l’année prochaine -, Operation Fistula pourra atteindre les objectifs fixés, gagner la confiance des patientes et les rassurer quant à la gratuité et l’accessibilité du traitement.