Cartier Philanthropy - Apporter de l’espoir aux femmes entrepreneurs au Mexique

Apporter de l’espoir aux femmes entrepreneurs au Mexique

Finalisé

Au Mexique, les femmes demeurent largement exclues du marché du travail. CREA les aide à développer leurs micro-entreprises à travers des formations, du mentorat et l’accès à certains services. Ce soutien leur permet d’améliorer leur système de production et de distribution, de trouver de nouveaux débouchés et d’accéder à de nouvelles sources de financement. Ainsi, grâce à ce programme d’appui aux femmes micro-entrepreneures, proposé dans quatre centres de formation récemment créés, 7 700 femmes ont pu acquérir de nouvelles compétences de gestion, prendre confiance en elles, générer des revenus et créer des emplois au niveau local.

Durée
2016-2019
priorité
Développement social et économique des femmes
pays
Mexique
partenaire
CREA

Contexte

Le Mexique compte une vaste majorité de petites entreprises. Bien que prédominantes, la plupart d’entre elles restent de  taille très modeste, avec une  faible productivité, faute d’accès au crédit et aux compétences entrepreneuriales.

Dans ce contexte déjà difficile, les femmes sont largement exclues du marché du travail, découragées par l’ancrage profond des inégalités entre les genres qui limite, non seulement leurs accès aux financements et le développement de leur qualification, mais aussi leurs chances de succès et leur confiance en elles.

À travers son programme de développement d’entreprises, CREA permet aux femmes de régions rurales, urbaines et semi-urbaines d’acquérir des compétences de gestion et des aptitudes entrepreneuriales qui les aideront à devenir des cheffes d’entreprise prospères et des leaders, aussi bien chez elles qu’au sein de leur communauté.

Entre 2016 et 2019, 7 760 femmes – soit 1 360 de plus que l’objectif initial – se  sont inscrites dans les centres de formation de CREA à Hidalgo, Querétaro, Yucatán, Guerrero et Toluca. 80 % des participantes sont sorties diplômées au cours de ces trois années. Ces femmes ont acquis des compétences en matière de leadership, de gestion et de finances qui leur ont permis d’avoir un accès accru aux financements. Le taux de survie de leurs entreprises a été estimé à 82 % et les résultats d’une étude d’impact préliminaire menée par la Banque mondiale indiquent une augmentation de 10 % de leurs revenus hebdomadaires.