Soutien en temps de COVID-19 (I)

31 Jul 2020

La pandémie de COVID-19 s’est répandue à une vitesse fulgurante. Dès le début nous avons ressenti le besoin de contribuer aux opérations de secours internationales. Voici un résumé de ce qui a suivi (Partie I).

La pandémie de COVID-19 s’est répandue à une vitesse fulgurante, entraînant une montée d’incertitude qui n’épargne presque aucun aspect de nos vies, que cela soit sur le plan sanitaire, social ou économique.

Dès le début, alors que nous prenions seulement conscience de l’ampleur et de l’impact de la crise, nous avons ressenti le besoin de contribuer aux opérations de secours internationales. Nous avons donc mis nos masques, redoublé d’attention et rapidement mis en pratique ce que nous avions appris. Voici un résumé de ce qui a suivi.

Soutien à nos communautés (1)

Nous n’avons pas détourné notre attention des plus vulnérables; nous avons élargi notre champ d’action.

Pour la première fois dans l’histoire de la fondation, nous sommes intervenus pour venir en aide aux communautés proches, celles auprès desquelles nous vivons et travaillons tous les jours, pour offrir une assistance immédiate à des pays en principe capables de réagir en cas d’urgence et de sauver des vies.

Pour un impact maximum, nous avons commencé par étudier en détail les profils d’organisations de première ligne qui avaient déjà fait leurs preuves à une échelle locale ou internationale.

En Italie, en France, en Belgique, en Espagne, en Suisse et en Grèce, Médecins sans Frontières, l’un de nos partenaires de longue date, a réagi rapidement. La réponse aux flambées épidémiques est dans les gènes de l’organisation : face à l’urgence sanitaire, ses équipes ont épaulé les autorités pour prévenir et contenir la propagation du virus, ainsi que pour traiter les patients infectés, en particulier les plus vulnérables (résidents de maisons de repos, sans-abri, migrants, demandeurs d’asile et détenus). Notre soutien à cette organisation déjà active là où les besoins étaient les plus criants allait de soi.

Il s’avère que la pandémie ne s’est pas limitée à une crise sanitaire, puisque les mesures de confinement ont bouleversé les moyens de subsistance des familles et l’éducation des enfants. En Amérique du Nord, nous avons donc identifié trois organisations proposant des solutions pour faciliter des aides sanitaires mais aussi un soutien familial et l’école à la maison.

  • Les équipes de Visiting Nurse Service of New York s’occupent de patients à domicile ou au sein de leur communauté et soulagent ainsi les services débordés des hôpitaux de New York.
  • Harlem Children’s Zone offre quant à elle un large éventail de services couvrant notamment la sécurité alimentaire, les aides au logement ou encore les urgences familiales. HCZ a depuis remporté le prix accordé par The Audacious Project pour répliquer son approche globale dans six nouvelles villes des États-Unis.
  • Enfin, Keep Kids Learning Program, une initiative de DonorsChoose, soutient les enseignants et les étudiants des écoles publiques pour les accompagner dans la transition vers l’apprentissage à domicile.

En Amérique latine, nous recherchions une organisation dont les moyens logistiques permettraient de fournir une aide humanitaire d’urgence, en particulier au Mexique, au Brésil et en Colombie. C’est ainsi que nous avons sélectionné TECHO, dont le réseau de plus de 2  000 responsables locaux se mobilise pour aider les familles les plus vulnérables à accéder à de la nourriture et à d’autres ressources de première nécessité, assurant ainsi leur sécurité et leur santé.

Les personnes handicapées sont particulièrement vulnérables, surtout dans le contexte de profonde crise sanitaire actuelle. En effet, elles sont plus à risque de contracter le coronavirus car elles n’ont pas toujours la possibilité d’appliquer rigoureusement les mesures de protection personnelle et d’hygiène recommandées. C’est pourquoi, en Indonésie, CBM apporte une assistance humanitaire adaptée aux personnes handicapées. Notre soutien contribuera à diffuser des informations sur le coronavirus (messages à la télévision et à la radio, interprétation en langue des signes, brochures en braille, formations sur la désinfection des fauteuils roulants, etc.), assurer la continuité des services de santé et subvenir aux besoins des familles les plus vulnérables en leur fournissant des médicaments, des kits d’hygiène et une aide financière.

En Thaïlande, nous concentrons nos efforts sur les populations extrêmement exposées qui vivent dans des environnements surpeuplés — camps de fortune installés sur des chantiers ou bidonvilles urbains où les migrants représentent plus de 80 % de la main-d’œuvre. Baan Dek Foundation s’emploie à réduire la vulnérabilité de ces communautés marginalisées en fournissant aux enfants et à leurs familles non seulement des produits d’hygiène et de nettoyage, mais aussi des provisions de base et des aides au logement (loyers et factures) pour compenser l’impact sévère des pertes d’emploi.

Aux Philippines, nous soutenons les actions de Philippine Disaster Resilience Foundation pour fournir les équipements médicaux dont manquent cruellement les personnels de santé des hôpitaux du Grand Manille et de Cebu, ainsi que les centres de santé ruraux du Lanao Del Sur.