Cartier Philanthropy - Le pouvoir du choix

Le pouvoir du choix

26 Mar 2021

Les contraceptifs sont connus pour être la meilleure innovation conçue pour sauver des vies, mettre fin à la pauvreté et émanciper les femmes. Le planning familial donne aux femmes le contrôle sur leur vie, comme le témoigne l’histoire de Dial Faye.

Quand vous voyagez dans le nord-ouest du Sénégal, vous y verrez des pistes de sable qui se détachent des principales routes asphaltées pour rejoindre de petits villages où le rythme de la vie est dicté par la vie dans les champs et les marchés de bétail. Dans les plaines tachetées d’acacias, des maisons de béton blanc recouvertes d’antennes et de panneaux solaires émergent ici et là.

Dial Faye vit et travaille dans l’un de ces villages, à 200 kilomètres au nord de Dakar et à environ 50 kilomètres de la côte atlantique. Âgée de 26 ans, elle a aujourd’hui deux enfants. Il y a quatre ans, par un matin ensoleillé, son aîné paisiblement endormi dans son dos, Dial a pris la décision d’avoir recours à une solution de contraception pour retarder une seconde grossesse. C’était une importante décision personnelle dont elle se réjouissait.

« Je savais que je voulais d’abord terminer mes études pour subvenir aux besoins de ma famille. J’étais pourtant inquiète avec ces nombreuses rumeurs qui circulaient. Est-ce que la prise d’un contraceptif allait entraîner une infertilité sur le long terme ? Est-ce que j’allais prendre du poids ? A quels effets secondaires devais-je m’attendre ? »

L’utilisation d’un moyen de contraception relève du tabou au Sénégal. Depuis des décennies, de fausses idées circulent et imprègnent aujourd’hui encore la société, si bien que seuls 23 % des femmes et des filles ont recours aux méthodes contraceptives modernes. Dans les zones rurales comme la région de Louga, où habite Dial, les chiffres sont encore plus catastrophiques avec moins d’une femme sur cinq qui utilise un moyen contraceptif. L’homme demeure souvent le principal décisionnaire en la matière et il a tendance à considérer que la religion interdit le planning familial. Dial a donc eu la chance.

« Mon mari voulait que je termine mes études et que je prenne soin de ma santé. Il m’a encouragé à consulter une sage-femme. » Alors, en cette matinée ensoleillée, Dial a rencontré sa sage-femme et a ouvertement discuté des options qui s’offraient à elle. Tout cela avec la bénédiction de son mari. Mais Dial reste une exception. De nombreuses filles, des adolescentes pour la plupart, doivent encore consulter en cachette, si tant est qu’elles consultent.

Les équipes mobiles de MSI Reproductive Choices demeurent la seule possibilité pour Dial d’obtenir un contraceptif moderne. Depuis 2014, elles fournissent des informations et des conseils ainsi qu’une contraception - de courte et de longue durée - aux filles et aux femmes du Sénégal qui le souhaitent. L’accès à des services de santé sexuelle et reproductive de qualité ainsi que la valorisation du droit des femmes de faire leurs choix et du fait de disposer librement de leur corps sont au cœur de la mission de l’organisation. Pour chacun des districts visités, les équipes mobiles interviennent tant dans les établissements de santé publique que dans les écoles et les villages pour sensibiliser le plus de personnes possible. Les services dispensés par les onze équipes mobiles de l’organisation sont entièrement gratuits.

La planification familiale est d’importance dans la vie d’une femme ; Dial ne l’avait pas vraiment réalisé, mais aujourd’hui elle en parle avec fierté et émerveillement.

« Après avoir discuté avec la sage-femme, j’ai choisi de faire une injection contraceptive (le contraceptif le plus utilisé au Sénégal est une injection intramusculaire d’hormones qui doit être répétée tous les trimestres). Pendant les deux années suivantes, j’ai obtenu mon diplôme d’assistante comptable et un diplôme de leadership, et j’ai également pu effectuer tous les stages nécessaires à la validation de mes diplômes.

“Lorsque j’étais prête à avoir un autre enfant, j’ai arrêté les injections et je suis rapidement tombée enceinte. Après avoir donné naissance à mon deuxième enfant, je suis retournée voir l’équipe de proximité à Louga pour me faire poser un stérilet et me donner du temps. Depuis lors, j’ai pu créer une petite entreprise et m’occuper de mes deux enfants sans soucis aucuns.”

Les contraceptifs sont connus pour être la meilleure innovation conçue pour sauver des vies, mettre fin à la pauvreté et émanciper les femmes. Lorsque les filles et les femmes ont accès à un planning familial de qualité, le nombre de grossesses prématurées et non désirées diminue, les taux de mortalité et de morbidité maternelles baissent, la santé des enfants s’améliore, tout comme le statut socio-économique des femmes.

Le planning familial donne aux femmes comme Dial le contrôle sur leur vie et par là même la capacité de déterminer l’avenir de leur famille et de leur communauté.

---

Plus de 230 millions de femmes et de jeunes filles souhaitent avoir recours à un moyen de contraception, mais n’y ont que trop peu - ou pas - accès. Si rien n’est fait, ce chiffre passera la barre des 300 millions d’ici 2030.

Depuis 2018, nous soutenons la stratégie de sensibilisation de MSI Reproductive Choices au Sénégal afin d’augmenter le taux de recours à la contraception dans le pays. Pour de nombreuses femmes vivant dans des zones reculées, les équipes de proximité de MSI sont l’unique possibilité d’accéder à un moyen de contraception de longue durée.