Debbie Aung et l’égalité des genres

À l’occasion de la Journée Internationale de la Femme 2020, nous avons demandé à Debbie Aung Din, co-fondatrice de Proximity Designs, de partager sa vision de l’égalité des genres. Retrouvez-la dans cet entretien.

À l’occasion de la Journée Internationale de la Femme 2020, nous avons demandé à Debbie Aung Din, co-fondatrice de Proximity Designs, de partager sa vision de l’égalité des genres et de l’émancipation de la femme. Retrouvez-la dans cet entretien.

Cette interview suit celle de Safeena Husain, fondatrice de Educate Girls, et celle de Molly Melching, fondatrice de Tostan, dont les témoignages sont publiés sur ce site chaque lundi du mois de Mars.

« Égalité des genres » ou « Équité des genres » que choisissez-vous ?
« Équité des genres », même si je trouve les distinctions que nous faisons bancales et trop strictes.

Quel est le plus grand progrès réalisé par les femmes ces dernières années ?
Les voix des femmes sont de plus en plus fortes et se font entendre de plus en plus clairement partout dans le monde malgré les pressions sociales et les traditions qui tentent de les réduire au silence ou de les étouffer. Les femmes gagnent en confiance et trouvent plus souvent le courage de repousser les limites et de se libérer des normes sociales qui les oppressent pour exprimer tout leur potentiel et être reconnues comme des membres respectées et actives de leurs communautés au niveau local comme international.

Quel est le mur le plus haut qu’elles doivent encore franchir ?
Le manque d’accès à l’éducation et aux connaissances, en particulier dans les communautés les plus pauvres.

L’« émancipation » des femmes est devenue une expression à la mode. Qu’est-ce que cela signifie concrètement pour vous ?
Elle signifie qu’on donne aux femmes des chances de grandir et d’évoluer en tant qu’individus en les mettant au contact d’idées et d’expériences nouvelles, en les accompagnant au niveau professionnel, en leur enseignant des aptitudes et des pratiques (comme un état d’esprit orienté au développement, des compétences en négociation, etc.). Elle signifie qu’on leur offre le soutien émotionnel nécessaire pour qu’elles découvrent un sentiment d’appartenance à une communauté et sachent qu’elles ne sont pas seules.

Les modèles positifs peuvent aider à briser les perceptions biaisées et les préjugés envers les filles et les femmes. Vous êtes certainement un de ces modèles. Est-ce que vous-même en avez un ?
Aujourd’hui, c’est Greta Thunberg qui m’inspire. Malgré sa jeunesse, son genre et son histoire, elle exprime et elle incarne ses convictions.

Quelle est la leçon la plus importante que vous avez tirée de votre engagement en faveur de l’égalité des genres ?
Le respect de la dignité et de la beauté, sacrées, de chaque personne et l’importance de se sentir ancré intérieurement à ce que l’on est. Ce combat nous pousse à lutter pour une transformation à la fois individuelle et intérieure, mais aussi à un niveau social plus large englobant les institutions et les systèmes.