La thérapie en ligne renforce le lien social

Pendant la crise de COVID-19 le domaine de la santé s’est numérisé à très grande échelle. Cette transition a créé des occasions de multiplier les échanges avec des populations difficilement accessibles. StrongMinds partage son experience.

La pandémie de COVID-19 et les confinements ont rendu difficile l’accès aux services à la personne, obligeant de nombreuses organisation à passer rapidement aux plateformes virtuelles afin de continuer à fournir des prestations. Le domaine de la santé s’est ainsi numérisé à très grande échelle. Des sondages récents indiquent que le recours aux soins de santé en ligne a été multiplié par 38 pendant la pandémie. Ce changement radical a inévitablement mis en lumière les inégalités numériques, puisque les personnes qui ont le plus besoin de soutien, en particulier les personnes âgées et celles qui manquent de contact social, sont souvent les moins susceptibles d’avoir accès aux plateformes numériques ou de les utiliser.

Challenge-Remote-therapy-01.jpg.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Néanmoins, cette transition a aussi créé, contre toute attente, des occasions d’accroître les échanges avec des populations difficilement accessibles. C’est le cas de StrongMinds , une organisation qui forme des animateurs en santé mentale chargés d’encadrer des groupes de parole pour les femmes souffrant de dépression au sein de communautés défavorisées.

« La pandémie de COVID-19 a bouleversé notre monde, et celui de nombreuses autres organisations » explique Frank Harle, directeur de StrongMinds en Zambie. « Notre mode de fonctionnement repose entièrement sur les interactions en personne. Nous avons dû le repenser afin de continuer à soigner les femmes souffrant de dépression. »

Lorsque le confinement a commencé, StrongMinds a rapidement opté pour un système de communication par téléphone afin d’assurer la continuité des soins aux communautés qu’elle soutient en Zambie et en Ouganda. Il a donc été nécessaire d’adapter le programme de thérapie, de fournir des téléphones ainsi que des données au personnel, et de les former à ce nouveau mode de fonctionnement. Afin d’entrer en contact avec les communautés dans le besoin, StrongMinds a lancé une campagne de communication multimédia et multicanale, ce qui lui a finalement permis de toucher 16 millions de personnes dans les deux pays.

Nous n’avions pas la moindre idée de l’efficacité de ce nouveau mode de fonctionnement », poursuit Frank Harle, « mais les résultats vont bien au-delà de nos attentes : les symptômes liés à la dépression ont diminué de la même façon lors de thérapie en ligne que de thérapie en personne. Aussi, la thérapie à distance nous a permis d’étendre considérablement notre portée géographique en Ouganda et en Zambie et d’atteindre des personnes venant de tous les coins de ces deux pays qui n’auraient auparavant pas eu accès à nos soins en raison de contraintes de temps ou de déplacement.

Frank Harle

Country Director of StrongMinds Zambia

Cette méthode, par laquelle les patients s'entretiennent par téléphone avec un conseiller, pourrait transformer les soins de santé mentale en permettant aux patients d’obtenir de l’aide sans subir de stigmatisation. Une petite étude menée en Zambie et publiée l’année passée par International Journal of Mental Health Systems a montré que même les familles qui soutiennent leurs proches « ne peuvent pas les protéger des moqueries et du jugement des voisins et des amis ». Dès lors, les patients consultent rarement un médecin avant une dépression sévère.

“Nous avons appris qu’une partie de notre clientèle préfère la thérapie en ligne à la thérapie en personne, car elle permet plus de flexibilité et donne l’occasion de rencontrer des femmes en dehors de sa communauté locale.”

Contre toute attente, la thérapie en ligne a fini par renforcer le lien social !

So, while StrongMinds’ incursion into digital mental health delivery was initially conceived as a short-term response to social distancing measures, this surge in interest, enthusiasm and acceptance has led the organisation to consider its regular use in the field.

“Un an plus tard” souligne Frank Harle, “nous étudions la possibilité de faire de cette solution temporaire, qui ne devait fournir que des ‘soins virtuels urgents’, une partie intégrante de notre programme qui s’ajouterait à la thérapie en personne et la compléterait. Les modèles hybrides dans le domaine dans la santé ont la capacité de rendre l’expérience des clients plus agréable grâce à des prix plus abordables et à l’amélioration du confort, de l’accessibilité et des résultats. ».”

Slideshow-Remote-therapy-05.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-06.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-01.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-02.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-03.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-04.jpg

© Cartier Philanthropy / Karin Schermbrucker

Slideshow-Remote-therapy-05.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-06.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-01.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Slideshow-Remote-therapy-02.jpg

© Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy

Crédits photos : Banner © Karin Schermbrucker / Cartier Philanthropy