Focus sur les écolières

Nous nous sommes récemment associée au Monde Afrique, pour produire « Allez les filles ! » une chronique qui braque les projecteurs sur l’éducation des filles.

Les bouleversements sans précédent provoqués par la pandémie du coronavirus dans le milieu éducatif pourraient empêcher définitivement 11 millions de filles de retrouver le chemin de l’école. Cette rupture risque d’anéantir les progrès réalisés en faveur de l’égalité des genres au cours des dernières décennies et d’exposer des jeunes filles du monde entier à des grossesses et des mariages précoces, à des unions forcées et à des violences familiales. Pour beaucoup d’entre elles, l’école n’est pas un simple tremplin vers un avenir meilleur ; c’est une bouée de sauvetage. Quels récits de vie se jouent derrière ces statistiques alarmantes ? La situation est-elle irréversible ?

Nous nous sommes récemment associés au Monde Afrique, plateforme numérique du Monde consacrée au continent africain, pour produire « Allez les filles ! », une chronique qui braque les projecteurs sur l’éducation des filles. Le deuxième article de cette série met en lumière le travail accompli en Éthiopie par Luminos Fund, une des organisations partenaires de Cartier Philanthropy.

Bonne lecture aux couleurs de la magnifique illustration de Lucille Clerc


Slideshow-Allez-les-filles-01.jpg

© Luminos Fund / Rosie Hallam

Slideshow-Allez-les-filles-02.jpg

© Luminos Fund / Aron Simeneh

Challenge-slideshow-1000x667.jpg

© Luminos Fund / Aron Simeneh

Slideshow-Allez-les-filles-01.jpg

© Luminos Fund / Rosie Hallam

Slideshow-Allez-les-filles-02.jpg

© Luminos Fund / Aron Simeneh

Challenge-slideshow-1000x667.jpg

© Luminos Fund / Aron Simeneh

Slideshow-Allez-les-filles-01.jpg

© Luminos Fund / Rosie Hallam

Crédits photo : Header © Lucille Clerc pour Le Monde Afrique