Des milliers de Somaliens menacés de famine en raison de l’absence de pluie

Alors que la pire sécheresse qu’ait connu la Corne de l’Afrique depuis des décennies fait des ravages, Medair intensifie sa réponse dans le centre-sud de la Somalie en apportant une aide cruciale en matière de santé, de nutrition et d’accès à l’eau potable.

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

La pire sécheresse qu’ait connu la Corne de l’Afrique depuis des décennies fait actuellement des ravages, détruisant les cultures et rendant le coût de la nourriture inaccessible pour de nombreuses personnes.

Ce choc climatique affecte tous les domaines : la population manque de nourriture, qu’elle la cultive, la vende ou l’achète. Ceux qui dépendent des salaires agricoles se retrouvent sans travail. De plus, le manque de végétation pour le pâturage du bétail ainsi que l’assèchement des sources d’eau ont entraîné la mort de près de 7 millions d’animaux, et causé une pénurie accrue, notamment de lait pour les enfants.

Cette situation, déjà critique, est maintenant exacerbée par la hausse des prix causée par la guerre en Ukraine.

230 000 personnes vivent déjà dans des conditions proches de la famine en Somalie, et on estime que 7 millions de Somaliens (près de la moitié de la population) qui souffrent déjà d’une grave insécurité alimentaire pourraient être confrontés à cette même condition au cours des deux prochains mois.

Nous soutenons la réponse de Medair qui apporte une aide cruciale en matière de santé, de nutrition et d’accès à l’eau potable dans le centre-sud du pays.

Les opérations de Medair se concentrent en particulier sur le dépistage et le traitement de la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans, ainsi que sur la promotion de l’allaitement et de pratique nutritionnels chez femmes enceintes et allaitantes. L’organisation soutient également 12 structures de santé dans les zones urbaines et rurales, qui permettent d’aider le nombre croissant de patients nécessitant des soins et des services essentiels de soutien.

Anna Coffin, responsable du programme en Somalie, explique : « Les centres de santé, en particulier dans les zones rurales, connaissent une augmentation significative du nombre d’admissions pour malnutrition, notamment pour malnutrition aiguë. Nous sommes également attentifs aux cas de diarrhée aqueuse aiguë ou de suspicion de choléra. Le nombre de cas augmente dans certains endroits et cela est généralement le signe que les habitants sont contraints de se rabattre sur des sources d’eau non contrôlées à mesure que les rivières s’assèchent. »

Medair a pour objectif d’aider 300 000 personnes pendant les prochains 18 mois.

medium-MEDAIR_SOMALIA_2022-1.jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_Somalia_(2).jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_Somalia_(1).jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_somalia_3.jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_Somalia_(4).jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_Somalia_(6).jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

medium-MEDAIR_SOMALIA_2022-1.jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_Somalia_(2).jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_Somalia_(1).jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer

Slideshow_somalia_3.jpg

© MEDAIR / Joost Bastmeijer